La frontière entre le coaching et la psychothérapie

Au Québec, le guide explicatif de la loi 21 modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines définit le coaching comme suit : « le coaching vise l’actualisation du potentiel par le développement de talents, ressources ou habiletés de personnes qui ne sont ni en détresse, ni en souffrance, mais qui expriment des besoins particuliers en matière de réalisations personnelles ou professionnelles. »

Cette définition propose des balises complémentaires pour la profession de coach, notamment en ce qui a trait à la souffrance ressentie par le client. Selon le dictionnaire « Larousse », la souffrance est « l’acte de souffrir », c’est-à-dire « éprouver des souffrances morales, être particulièrement affecté par des difficultés, des peines, être malheureux ».

Selon la situation présentée par le client, celui-ci peut ressentir de la peine, être temporairement malheureux, voire être particulièrement affecté par sa difficulté. La frontière entre une démarche en coaching et une démarche en psychothérapie est estimée selon l’intensité et la fréquence de cette souffrance. Ce qui est important ici, c’est la chronicité de la souffrance, la permanence de cet aspect, reflétant l’état fonctionnel ou dysfonctionnel du client. Un client en coaching est autonome et fonctionnel. Une souffrance dont l’intensité et la fréquence impliqueraient une chronicité dysfonctionnelle sera orientée pour faire l’objet d’une démarche en psychothérapie.

Exemple : Annie avait de la peine pendant ces pauses du midi. Elle se sentait isolée et coupée du reste de l’équipe. Plusieurs émotions, telles que la tristesse et la colère, ont émergé pendant le processus de coaching, en lien avec ces moments particuliers. En revanche, Annie est restée fonctionnelle du début à la fin, elle était autonome et engagée dans sa démarche de développement.

Concrètement, qu’est-ce qui amène une personne à rencontrer un coach?
Selon le contexte et la raison de la consultation, trois types de coaching sont disponibles.

1. Le coaching personnel, également connu sous le terme de « coaching de vie ».
Pour qui ? : Monsieur et Madame tout le monde!
Pour quoi ? : Toute problématique de la vie quotidienne peut faire l’objet d’une démarche en coaching, à condition que les critères d’intensité, de fréquence, de chronicité et d’autonomie précisés ci-dessus ne soient pas incompatibles avec une démarche en coaching. (Voir « frontière entre coaching et psychothérapie).

Exemples :

Déblocage d’un état ou d’un comportement limitant (ex : la timidité d’Annie, présentée ci-dessus)
Transformation d’une vieille habitude (ex : se ronger les ongles)
Développement d’une aptitude (ex : leadership, être à l’aise à l’oral)
Accompagnement dans une transition de vie (ex :séparation, déménagement, changement de carrière)
Réalisation d’un défi (ex : marathon, examen)
Etc.
2. Le coaching familial

Pour qui ? : Les familles (couple, parents, et enfants)
Pour quoi ? : Comme son nom l’indique, ce type de coaching est destiné aux familles. Il est en quelque sorte une extension du coaching de vie, appliqué dans un contexte familial. Cette approche éducative permet de dénouer des conflits familiaux de façon efficace et adaptée.

Exemples :

Conflits d’adolescence
Énurésie nocturne (pipi au lit)
Désobéissance
Relation conflictuelle au sein de la fratrie
Etc.
3. Le coaching exécutif, ou coaching d’affaires, coaching corporatif

Pour qui ? : Gestionnaires, cadres supérieurs, dirigeants, employés clés, etc.
Pour quoi ? : Ce coaching peut être individuel ou tripartite (mise en action de trois partenaires : le coach, le responsable payeur et l’employé). À la différence des deux catégories précédentes, cette démarche vise principalement le développement d’individus pour les bénéfices d’une organisation. Le contexte est donc le milieu des entreprises et des affaires.

Exemples :

Priorisation des activités
Gestion des conflits au sein d’une équipe
Restructuration des ressources humaines
Établissement d’un plan stratégique
Optimisation d’habiletés de gestion
Développement de leadership
Etc.

Laisser un commentaire